Sortie aux grottes de Soyons du 6 juin 2019

Cette journée a été créée dans le but de mettre en lumière le monde souterrain, de montrer sa richesse, sa diversité, de sensibiliser le grand public et de montrer que c’est un milieu accueillant, et ouvert à tous.

En 2018, leurs membres avaient ouvert leurs portes aux enfants. Cette année, à l’occasion de cette journée internationale, leur association avait la volonté de partager ce milieu souterrain avec des personnes en situation de handicap visuel.

Dans cet esprit, leurs grottes ouvriraient leurs portes gratuitement, le 6 juin, avec des visites et des animations adaptées pour faire vivre des moments magiques, partager l’émotion d’une visite en milieu souterrain avec des personnes en situation de handicap visuel et, faire vivre le handicap à des voyants.

Il nous a même été proposé d’animer un stand et de sensibiliser le public en nous ajoutant à une liste d’associations partenaires.

C’est ainsi, que je me suis lancée à la recherche d’une grotte parmi une liste de lieux que m’avait fait parvenir Roselyne AULNER. Ma sélection s’est arrêtée sur les grottes de Soyons. Une fois toutes les réservations faites, l’annonce fut lancée.

De ce fait, toutes les personnes partantes pour l’aventure m’ont rejoint à Bellecour afin de prendre le car qui nous emmènerait en Ardèche sur le site des Grottes de Soyons.

Installés confortablement dans le car, prêt pour le départ, nous attendions les derniers arrivants pour prendre la route dans une ambiance joyeuse et détendue.

Le village de Soyons est situé dans la moyenne vallée du Rhône, à 6 km au sud-ouest de Valence.

En arrivant sur le site, notre chauffeur du jour s’est lancé dans une habile manœuvre, sous les vifs applaudissements des passagers, afin que nous puissions descendre en sécurité le long d’une voie de chemin de fer, pour rejoindre l’air de pique-nique où nous avons pris le temps de déjeuner. Certains se sont permis une promenade digestive avant l’arrivée de notre guide venu gentiment nous chercher sur l’aire de pique-nique pour nous emmener jusqu’au lieu de visite. Pour nous éviter de marcher le long de la route cette dernière nous a fait reprendre le car pour monter sur le parking des grottes.

Une fois sur le parking des grottes, nous avons été accueillis par plusieurs guides.

IMG_3645

Après une jolie photo de groupe nous nous sommes séparés en deux équipes. Les bons marcheurs avec leurs guides ont entamé les premiers leur ascension des 300 marches nous menant aux grottes. L’autre groupe a pris son temps pour monter.

Les deux groupes se sont donc alternés sur les deux différentes grottes : Le trou du renard et la grotte de Néron.

IMG_3650

  • Trou du Renard :

Cette première grotte est nommée le Trou du Renard,  depuis la découverte d’un squelette de renard à son entrée. Elle est située sur le massif de Guercy et fut découverte par le Vicomte Lepic et Monsieur Jules de Lubac en 1870.
Elle fut occupée par l’homme de Neandertal, cette cavité présente par ailleurs un réseau de concrétions de calcaire, nous avons pu y découvrir le travail de l’eau qui sculpte les milieux souterrains : stalagmites, stalactites, draperies, colonnes, …

Par cette belle journée bien ensoleillée, nous avons pu nous rafraîchir agréablement dans cette cavité à une température de 15°C. Puis nous avons pu toucher, soupeser et voir la différence entre stalagmites et stalactites à savoir que la stalactite comporte un trou laissant passer la goutte d’eau qui en se déposant au sol formera la stalagmite (amas de calcaire). « Les stalactites tombent et les stalagmites montent ». Ce moyen mnémotechnique est le seul pour s’en souvenir et à tout âge !

Au centre de cette cavité se trouve un toboggan naturel en roche et calcaire où les enfants peuvent glisser avec plaisirs lors de leur visite.

IMG_3651

  • Grotte de Néron :

Direction la deuxième grotte, découverte à la même époque. Celle de Néron, du nom d’un chien qui chassait un lapin : ses maîtres, inquiets de le voir s’éloigner, sont tombés sur le trou dans lequel s’était réfugiée la proie. C’est ainsi qu’ils ont découvert la grotte.

La grotte de Néron nous plonge dans la Préhistoire et la vie de l’homme de Neandertal. Nous avons constaté les vestiges de fouilles archéologique et reconstitution de ces fouilles à l’attention d’un jeune public qui s’improvise archéologue. Notre guide nous a fait visualiser la vie des hommes préhistoriques, qui tournait essentiellement autour de la chasse. Elle a évoqué le cannibalisme, puis a donné des explications sur la manière de faire du feu. Elle a pris quelques matières premières en créant des étincelles. Elle nous a expliqué également pourquoi le corps des hommes de la préhistoire gardait mieux la chaleur, combien pesait le lion des cavernes qui était dépourvu de crinière et de quoi il se nourrissait en ajoutant l’origine du terme de charognard.

Elle nous a présenté ensuite toute une sélection d’objets découverts lors de fouilles : L’extraordinaire richesse du sous-sol de Soyons atteste d’une occupation depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen-Âge.

Nous avons eu ainsi l’occasion de voir, toucher et soupeser des silex, des outils et des ossements, (fémur, crânes, griffes, dents) dont l’impressionnante dent d’un mammouth, le crâne renfrogné si spécifique des hommes de Neandertal.

IMG_3695

Petites parenthèses historiques :

La grotte de Néron, comme le trou du Renard, est située sur le massif de Guercy, et fut découverte par le Vicomte Lepic et Monsieur Jules de Lubac en 1870. Des fouilles eurent lieu de 1915 à 1919 puis en 1930 et 1950. En 1955, Jean Combier avait défini l’aménagement d’une pointe Levalloisienne de ce gisement comme « pointe de Soyons ». Cet habitat moustérien est classé monument historique. L’actuel musée municipal fut ainsi inauguré en avril 1987 La grotte « Le Trou du Renard » fut aménagée et ouverte au public en 1989 Alban Defleur dirigea un sauvetage urgent en 1990 et un sondage en 1991. Malheureusement de nombreuses fouilles clandestines avaient remanié les niveaux archéologiques néandertaliens.

Une fois la visite terminée, nous sommes ressortis de la cavité laissant à notre guide un autre groupe de visiteurs curieux et émerveillés tout autant que nous. Certains d’entre nous ont pu, en sortant, apprécier le joli point de vue sur la vallée du Rhône et les bateaux naviguant sur le fleuve.

IMG_3700

Nous avons ensuite redescendu avec grande prudence les 300 marches nous ramenant à notre car pour le retour à Lyon.

Ayant du retard sur le programme nous n’avons finalement pas effectué la pause prévue à Valence sur le trajet du retour et nous sommes arrivés sur Bellecour à 18h30.

IMG_3713

Voilà donc une nouvelle fois, une sortie bien réussie. Et bien que sportive au démarrage quant à l’ascension des marches, elle fût très enrichissante et réjouissante, au goût de nos 30 voyageurs, malgré la fatigue plus importante de certain courageux d’entre nous.

L’expérience est à renouveler mais sur un terrain moins escarpé cette fois-ci. Nous n’avons pas pour autant joué les chamois mais quelques personnes n’ont hélas pas pu partager notre voyage pour une raison d’accessibilité du site en raison de ces 300 marches à gravir et nous le regrettons.

Un grand remerciement aux élèves du Collège les Maristes (Bourg-de-Péage), fondateurs de la mini-entreprise DELLUMINI qui grâce à leur don, provenant de la vente de lampes de chevet avec une prise USB pour recharger son portable, tablette ou ordinateur portable, ont permis d’aider au financement de cette belle sortie.

Nous remercions également chaleureusement nos bénévoles qui ont contribué à la réussite de cet événement, par leur disponibilité et leur gentillesse.

Dynamiquement et positivement,

Roseline BENEKIAN

Pôle Culture et Loisirs

FAF APRIDEV Rhône-Alpes

14 Rue Général Plessier

69002 LYON

04 37 57 77 41

rbenekian@apridev.org