Soutien pour l’enseignement du braille à la Cité scolaire René Pellet

Depuis maintenant plusieurs décennies les conditions d’instruction des jeunes aveugles et DV ont connu d’importantes transformations, soit du fait du type de scolarisation -inclusion près du domicile ou en école spécialisée- soit du fait des nouvelles technologies auxquelles ont recours les jeunes -lecteurs d’écran, téléagrandisseur, terminaux braille-sans pour autant rendre caduque le recours à l’utilisation de l’écriture braille.
Ainsi, les jeunes ont aujourd’hui à leur disposition deux supports de transmission des enseignements : l’audio grâce aux synthèses vocales et le braille classique sur papier ou support électronique.
Tout le monde s’accorde aujourd’hui sur le fait qu’une bonne maîtrise du braille est une condition nécessaire d’une inclusion en milieu scolaire ordinaire réussie. Pourtant nous devons bien déplorer un recul de la maîtrise du braille par les non-voyants en général.
Pour la transmission de connaissances, l’audio ne remplacera pas le braille, ils sont tout simplement complémentaires.
Les personnes qui ont la chance d’avoir une bonne maîtrise du braille savent à quel point elle leur est précieuse et participe grandement à une bonne compensation de leur handicap.
Voici brièvement  les raisons de notre engagement pour le braille en général, et aussi dans le cas précis de sa transmission à la Cité scolaire René Pellet.
Jean-Pierre GAILLOT-DREVON, Président
pour les adhérents FAF APRIDEV nombreux a être d’anciens élèves de l’école de Villeurbanne.